Autour d’un café à Floripa

 

 

La famille : Nice et son petit-fils Vini

Le lieu : Le quartier de Sambaqui sur l’île de Florianopolis, sur la côte Sud du Brésil

Ce qui nous a marqué : Le lien extrêmement fort que nous avons tissé après quelques jours seulement passés ensemble

Le petit plus : D’après Nice, toute femme se doit d’être « una amiga, esposa, mãe e vagabonda en la cama »… A vos bescherelle !

Après notre tentative infructueuse de faire du stop depuis Iguaçu pour cause de grève générale des « camioneros » (ahh les grèves… on se sent comme à la maison), nous arrivons à Florianopolis – Floripa pour les intimes – sans logement pour la nuit qui vient. Nous cherchons donc un café avec Wi-Fi afin de dégoter un toit grâce à notre site favori, j’ai nommé Couchsurfing. Après quelques mails bien léchés, nous trouvons un lieu pour passer la nuit : OUF ! Mais c’était sans compter sur Nice…

Capture d’écran 2015 03 09 à 20.23.031

« Estou discriminada » nous lance-t-elle alors qu’elle fume sa cigarette dans la rue, juste à côté de notre table. S’ensuit alors une joute verbale entre elle et Sacho dans un portugnol hésitant mais efficace : au bout de 5 minutes, Nice nous invite pour passer quelques jours chez elle avec Vini (ndlr : portugnol : mélange de portugais et d’espagnol que nous avons pratiqué durant nos 4 semaines au Brésil). Ni une, ni deux, nous sautons sur l’occasion ! Direction Sambaqui, un quartier au nord-ouest de l’île connu pour ses sorcières et, vous l’aurez deviné, sa samba. Nous arrivons donc chez Nice dans sa modeste maison où nous dormons dans le salon/cuisine/salle à manger – tout est relatif. Au programme : ballade dans le quartier de Sambaqui, dîner dans le restaurant du coin et bain de minuit (on vous rassure, on a gardé nos maillots).

 

IMG_5244

 

Nice et Vini font tout pour nous mettre à l’aise. Ils nous font découvrir l’île, nous parlent de leur Brésil qu’ils aiment tant et de ses problèmes : corruption, inégalités, santé, éducation… Et surtout : ils parlent LENTEMENT ! C’est tout de même plus pratique pour communiquer dans une langue que nous commençons à peine à apprivoiser. Nice veut aussi nous faire rencontrer ses amis français qui vivent dans la plage mythique de Joaquina, véritable trésor de la nature et paradis des surfeurs. C’est parti !

 

Notre dernière soirée avec Nice sera celle où nous apprenons la samba autour d’une Caipiroska, boisson dorénavant habituelle pour nos gosiers. Um, dois, três, quatro ! C’est parti pour un magnifique cours particulier de samba durant toute la nuit. Le lendemain est le jour du départ, direction Porto Alegre, chez la fille de Nice, Kelly. Nous partons avec Vini en bus grâce à Nice qui nous a fait la surprise de nous offrir les billets : elle avait peur de nous voir partir en auto-stop et se sentait plus à l’aise de nous savoir dans un bus… Modestie des moyens et générosité font décidément bon ménage !

IMG_5411

Cette semaine a été extrêmement marquante pour nous d’un point de vue émotionnel. Seulement quelques jours ont suffi pour faire d’une parfaite inconnue une personne qui fait désormais partie de nos vies. Nous avons du mal à quitter notre Gremista de « corazon » qui nous a accueilli comme si nous étions ses petits-enfants. Les au revoir sont très durs et émouvants et nous partons avec la tête pleine de souvenirs et le coeur rempli de tendresse.

A bientôt Nice, notre 3ème SWAPPER !

Let’s Swap #3