La vie de bohème à Villa Maria

 

La famille : Federico, Lihuen et Renzo, trois artistes argentins passionnés de musique, de cinéma et de voyages.

Le lieu : Villa Maria, dans la région de Cordoba, épicentre géographique de l’Argentine.

Ce qui nous a marqué : Ils vivent une vie de bohème dans cette ville étudiante regorgeant d’activités culturelles. 

Le petit plus : Après notre passage, la maison s’ouvre officiellement aux voyageurs : les 3 ont adopté Couchsurfing ! 

Capture d’écran 2015-04-17 à 20.21.09

Nous avions rencontré Federico, à Iguaçu, au Brésil, lorsque nous faisions du Couchsurfing dans la même maison. Il nous avait alors appris la règle de la crème et de l’ail: toute sauce préparée avec ces deux ingrédients pour accompagner du riz ou des pates sera forcément délicieuse. A vos fourneaux ! Nous nous sommes tout de suite extrêmement bien entendus ; et impressionnés par ses talents de chanteur et de guitariste, nous voulions absolument le revoir lors de notre passage en Argentine car nous souhaitions découvrir sa vie et sa ville.

Chose promise, chose due ! Villa Maria se trouvant sur notre chemin entre Rosario et Mendoza, vamos !

Capture d’écran 2015-04-23 à 15.06.06

Après une journée de stop laborieuse (non, pas comme d’hab !), nous arrivons de nuit dans cette « petite » ville – 100 000 habitants quand même – qui nous paraît tout de suite très agréable à vivre. Nous faisons alors la rencontre de ses deux colocs. Lihuen étudie l’audiovisuel et se passionne pour le tango tandis que Renzo étudie, comme Federico, la musique populaire latino-américaine et joue de la guitare et je ne sais combien de types de flutes et pipeaux. Ces trois artistes vivent au jour le jour dans une maison, proche de la costanera – le bord du fleuve pour les non hispanophones – que nous avons tout de suite rebaptisée « la casa cultural ».

Nous sommes alors restés une petite semaine au sein de cette communauté d’artistes avec lesquels nous avons vécu leur vie de bohème. Qu’est-ce que leur vie de bohème nous direz vous ? C’est simple : profiter de la movida culturelle de Villa Maria en allant à des projections de films indépendants, des concerts de rue, des présentations d’albums dans des maisons particulières, faire des asados (barbecues) jusqu’au bout de la nuit au son de la guitare de Federico et boire du maté en profitant d’un après-midi bien ensoleillé.

A Villa Maria, les étudiants de toute l’Amérique Latine ont la chance de se côtoyer et vivent ensemble. Ainsi nous avons rencontré des mexicaines, notamment Andrea et Maria qui est venue passer quelques jours à Mendoza, des colombiennes (Catalina, Diana et Alejandra) que nous reverrons bien entendu dans quelques mois, un brésilien, Renato, et évidemment des argentins, Pablo, Aileen, Flor, Mauricio et bien d’autres.

Tous les projets artistiques, de découverte et même de voyage sont promus dans cette ville jeune. Nous avons alors eu la chance d’être interviewés par un journal local enchanté par notre projet et notre venue à Villa Maria. #SwappersGettin’Famous

Cette semaine passée avec Fede, Lihuen et Renzo fut incroyablement enrichissante. Nous avons même « swappé » des connaissances : Lihuen nous a appris à enregistrer parfaitement du son afin de filmer Fede, pendant que nous montrions à ce dernier comment chanter en français la Bohème d’Aznavour. Et oui, ce bon vieux Charles est un des chanteurs français les plus connus en Argentine.

Ces retrouvailles avec Fede furent particulièrement agréables car nous avons pu côtoyer de près ces artistes et vivre leur vie dans un pays fort culturellement et où les arts gardent une place importante dans la vie quotidienne de chacun. L’objet que nous avons swappé, un vinyle du folkore argentin, est le symbole parfait de cette semaine passée dans ce centre névralgique estudianto-culturel. Ce fut assez dur de quitter ce lieu de bohème où nous avons tissé en quelques jours des liens d’amitié très forts. Une fois de plus nous les avons tous invités à venir nous voir en France et nous espérons sincèrement revoir Fede et ses deux compères, Lihuen et Renzo, sous peu.

Pour la petite histoire, Federico part en juillet sillonner les routes portugaises, espagnoles et françaises avec un groupe de musiciens qu’ils ont formé au Brésil. Vous aurez alors peut-être aussi la chance de les écouter jouer dans je ne sais quel bar ou sur la place d’un petit village de Provence.

Let’s Swap #8